Un type au prénom pas commun

Si tu crois que ton piano comporte 102 touches, reste un peu.

Télécharger sans oublier de partager…

with 4 comments

Ce soir, j’ai envie de faire une remarque que j’ai déjà faite sur Facebook concernant le partage. Ce billet est lié, pour des raisons évidentes, au précédent.

Pour avoir assisté plusieurs amis dans l’installation d’un logiciel de téléchargement pair-à-pair (FrostWire/LimeWire, BitTorrent, etc.), je sais que les gens (et moi-même au début), s’ils sont contents de se procurer ce dont ils ont besoin, ont pourtant tôt fait de désactiver d’une manière ou d’une autre le partage de leurs informations – acquises ou non par ce moyen. Il faut dire qu’on paie cher l’internet en Belgique. Énormément de gens comme moi ont un quota de téléchargement extrêmement restrictif (25Go par mois partagé en 5 personnes en ce qui me concerne). Si j’essaie de faire attention à limiter mon volume quotidien de téléchargement, je peux lâcher la réserve en fin de mois. C’est parce que, d’une part, le libre est fondé sur l’échange, le partage, et d’autre part, parce que la pérennité de l’information est assuré par sa redondance, que je préfère télécharger mes ISO par un protocole pair-à-pair (outre le fait que ce ne soit pas plus lent, voire carrément plus rapide – contrairement aux croyances – qu’en téléchargement direct). À ce sujet j’ai pour règle de rendre au moins deux fois ce qu’on m’a donné… une ISO téléchargée de 600Mo sera téléversée au moins pour deux fois son volume.

N’oublions donc pas, en fin de mois, d’épuiser nos quotas en partageant le plus de choses possibles le plus longtemps possible. C’est parce que des gens partagent que vous avez pu télécharger, ne laissez pas toujours le partage aux autres. Si vous ne le faites pas, qui le fera?

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. D’ou l’utilité des liens direct. Une fois l’upload fini, pas besoin de rendre 40fois la même image sur son propre quota.

    A bonne entendeur, salut!

    Kev

    décembre 11, 2009 at 8:58

    • Et on perd tous les avantages du pair-à-pair: l’information est concentrée sur quelques serveurs dont le débit est très sensibles au nombre de clients demandant à télécharger, les données ne sont plus autant redondantes et par conséquent les informations ont plus de risque d’être perdues, comme les informations dépendent de quelques serveurs la diffusion de ces info dépendent des quelques uns qui possèdent les serveurs et on perd en liberté, en fin de compte les services continuent à redevenir centralisés c’est à dire que l’intelligence est ramenée au centre comme au temps des Minitels… bref on a pas perdu seulement les avantages du pair-à-pair, mais les avantages du concept même d’internet!

      Florimond

      décembre 11, 2009 at 9:16

  2. Dans tes réponses, tu brodes, tu brodes et tu brodes mais au final tu n’as qu’un argument : la centralisation.

    Très sincèrement, je pense que tu ne sais pas exactement de quoi tu parles en comparant p2p et direct download. Il existe maintenant des scripts qui font un upload pour toi sur pleins de serveur (megaupload, rapidshare, free, zshare,… j’en passe et des meilleurs). Ce qui fait que en 1 upload de TA bande passante, tu l’upload sur plusieurs serveur. Au niveau de l’utilisation des serveurs sur lesquels sont hébergés les fichiers, si tu es prêt à payer pour soutenir le logiciel libre, tu seras sûrement prêt à payer 3€ par mois. Il existe d’autre offre que celle à 3€ par mois je te rassur j’ai pris une des « plus cher ».

    Kev

    décembre 11, 2009 at 9:36

    • Et heureusement qu’on peut espérer que le problème des quotas de téléchargement ne sera plus un problème dans le futur proche. Je ne me suis pas encore renseigné sur la question mais ta méthode est malgré tout payante et demande dès lors des démarches plus importantes que dans le cas d’un partage un Torrent (qui ne comporte aucun surcoût). La bande passante offerte dépasse rarement les 160Ko/s sur ce genre de sites (souvent beaucoup moins, alors que télécharger une ISO Linux en p2p se fait facilement à plus de 300Ko/s) à moins de PAYER un abonnement en plus de devoir subir les dizaines de publicités qui accompagnent la navigation sur les pages de ces sites. Certes tu as au moins partiellement résolu le problème de redondance de l’information (partiellement car en fait il faut voir ça à une échelle beaucoup plus grande, des centaines de milliers de copies au minimum, disséminées partout dans le monde et accessibles de partout… ce que permet aisément le pair-à-pair!), mais tu es de nouveau dépendant d’une série d’entreprises, aussi nombreuses soit-elles, très commerciales et sur lesquelles on peut faire pression facilement. Quand les principaux sites de streaming, tels que le bon Dailymotion et le moins bon YouTube, te censurent une video d’un commun accord – ça m’est arrivé il y a quelques mois – je te garanti que tu te retrouves bien démuni. La véritable liberté d’expression n’est possible que dans l’internet, le vrai, celui où n’importe qui devient facilement son petit hébergeur avec son PC en guise de serveur. Cette idée s’actualise très bien, entre autres, dans les solutions pair-à-pair offertes aux particuliers par les simples logiciels actuels…

      Florimond

      décembre 11, 2009 at 10:54


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :