Un type au prénom pas commun

Si tu crois que ton piano comporte 102 touches, reste un peu.

Deux semaines de fouilles à Modave : 5/10

leave a comment »

Les étudiants de l’Université de Liège, en fin de première année d’archéologie ainsi que d’histoire de l’art, sont tenus de faire un stage de plusieurs semaines de fouilles. Ils ont le choix entre trois sites se trouvant en Belgique. Deux d’entre eux se trouvent à Modave. L’un est à proximité de Pont de Bonne, l’autre est le site de Trou Al’Wesse. Par curiosité, j’ai décidé de me joindre à eux pour les deux dernières semaines de juillet. J’ai passé dix jours à fouiller sur le site de Pont de Bonne. J’en fais ici le compte rendu, illustré par quelques photographies.

Vendredi 20 juillet. Cinquième jour, première semaine.

J’ai continué ma fouille progressive, résolu à ne pas découvrir cette semaine si je suis en train de fouiller un trou de poteau ou non. La journée n’est pas pour autant décevante. Outre deux scories de taille importante, je trouverai un beau grattoir complet ! Ces trois objets seront immédiatement topographiés.

En effet, nous avons pu apporter sur le chantier une station totale. Nous sommes donc enfin en mesure d’enregistrer les coordonnées de tous les objets importants que nous avons découverts pendant la semaine. Ceux-ci sont toujours rangés dans leur petit sachet transparent, cloué à l’endroit précis de leur découverte. Les coordonnées serviront, entre autres, à dessiner une carte sur laquelle apparaîtront la position de tous les objets enregistrés depuis le début de la fouille. J’ai déjà pu voir une carte partielle de la zone que nous fouillons. Chaque objet est représenté par un point. Les points ont des couleurs différentes en fonction du type d’objet représenté. On peut ainsi observer la concentration, la répartition, des types d’objets en fonction des endroits. Par exemple, une concentration plus forte en scories dans une partie de la zone de fouille pourrait indiquer que se trouvait là un four.

Morceaux de silex, tessons d’ages divers, petites scories, je trouverai de nombreux autres objets, aujourd’hui. En fouillant, je pense à mon ami archéologue qui me racontais ses premières découvertes sur le terrain. Passionné, fasciné par ces objets que d’autres hommes ont fabriqués, utilisés, touchés, il y a si longtemps, il m’avait avoué avoir mis en bouche son premier tesson. Je comprends son désir de connaître intimement ces objets fascinants. Désir qui l’avait ramené un instant au stade oral.

Bilan :
9 seaux
1 tesson du néolithique
3 scories, dont deux remarquables
1 beau grattoir complet
1 gros tesson de l’age du fer

Written by Florimond

septembre 15, 2012 à 6:44

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :