Un type au prénom pas commun

Si tu crois que ton piano comporte 102 touches, reste un peu.

Deux semaines de fouilles à Modave : 8/10

leave a comment »

Les étudiants de l’Université de Liège, en fin de première année d’archéologie ainsi que d’histoire de l’art, sont tenus de faire un stage de plusieurs semaines de fouilles. Ils ont le choix entre trois sites se trouvant en Belgique. Deux d’entre eux se trouvent à Modave. L’un est à proximité de Pont de Bonne, l’autre est le site de Trou Al’Wesse. Par curiosité, j’ai décidé de me joindre à eux pour les deux dernières semaines de juillet. J’ai passé dix jours à fouiller sur le site de Pont de Bonne. J’en fais ici le compte rendu, illustré par quelques photographies.

 Mercredi 25 juillet. Troisième jour, deuxième semaine.

Je dois finir de nettoyer les alentours de la carrière. Ce faisant, je découvre l’usage d’un nouveau format de truelle. Elle est beaucoup plus petite que la truelle que l’on nous donne à tous en début de chantier. Elle est aussi plus lourde et plus solide. Je m’en sers pour gratter la terre qu’il reste entre les pierres. Je la trouve également commode pour le décapage de zones qui ont été longtemps piétinées et où la terre est par conséquent devenue très dure.

 Je me suis mis à creuser un « terrier » sous un rocher calcaire. Manu m’explique qu’il ne devrait pas y avoir grand chose là dessous. Pourtant je continue, par principe, et je trouve finalement un joli morceau de silex qui sera immédiatement topographié. Cet objet n’a probablement pas été déposé là, mais s’est déplacé. La pluie s’infiltre et use la pierre, la glace la brise, le terrain bouge, … et la terre est en quelque sorte un fluide.

 Je trouve également un tesson appartenant probablement à l’age du fer. C’est un très beau bord, bien lisse, avec une courbe parfaitement régulière. C’est rare de trouver un bord.
Je tombe aussi sur un autre morceau de silex, à l’apparence étrange. Sa teinte est légèrement bleutée, et il a un « oeuil » et des sortes de veines ! Il a en fait été brûlé.
Enfin, j’extrais caillou que j’ai du mal à identifier. Il n’a apparemment pas ces alvéoles typiques des scories. Cependant son irrégularité est suspecte. Je décide de faire quelque chose de mal pour en avoir le cœur net. Je lui donne un bon coup de tranche de truelle dans les dents ! Ça y est je suis fixé : c’est une scorie. De petites alvéoles bien propres scintillent en son cœur.
J’avoue à Manu que j’ai dû casser pour savoir. Il m’explique alors que c’est une pratique courante, et que lui-même le fait régulièrement. Jusqu’à présent c’était pourtant « mal », et je ne crois pas qu’il dirait aux autres étudiants ce qu’il vient de me dire. Je pense qu’il me considère comme suffisamment aguerris pour pouvoir prendre ce genre de décision. Je suis content.

Bilan :
10 seaux
1 scorie atypique que j’ai dû casser pour en voir la structure interne
2 déchet de silex (dont un brûlé)
1 tesson probablement age du fer

Written by Florimond

septembre 23, 2012 à 10:34

Publié dans Archéologie

Tagged with , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :