Un type au prénom pas commun

Si tu crois que ton piano comporte 102 touches, reste un peu.

Posts Tagged ‘GNU/Linux

« Antitrust », techno-thriller pas si pire!

leave a comment »

Je viens de regarder un petit film datant de 2001. Petit film qui n’avait apparemment pas été reçu avec le plus grand enthousiasme à l’époque, et dont on m’a récemment raconté un début pouvant laisser supposer le pire pour la suite.

Tu vois et ben le type c’est un génie en informatique, et il voudrait donner le code de ses découvertes mais on lui dit que c’est pas une bonne idée parce qu’il y a des gens qui vont voler ses idées et faire de l’argent et…

En effet, le discours employé au début du film pour convaincre un des petits génies de rentrer chez Microsoft NURV est très propriétaire et dès lors particulièrement irritant. Ça m’a fait repensé un certain prof auquel on avait posé une question sur l’Open Source au début de l’année. Le pauvre propriétaire s’embourbait dans une réponse où il était manifeste qu’il confondait Open Source et Libre, qu’il pensait que ces programmes étaient exclusivement gratuits et soutenus par des communautés de bénévoles, en ignorant par ailleurs tout des licences protégeant ces logiciels.

Si ces discours sont désagréables au début du film, on est régulièrement apaisés par la vision de bureaux Gnome… Il n’y aura d’ailleurs aucune machine sous Windows tout au long de ce film, même chez NURV (d’ailleurs, combien de serveurs sous Linux chez Microsoft!). J’ai souvent été déçu par ces « film d’informatique », mais j’ai trouvé celui-ci relativement potable techniquement. Je m’attendais, il faut l’avouer, à quelque chose de catastrophique. Un peu comme ce qu’on nous vend régulièrement, vous savez ces ordinateurs qui vont bip bip, et crépites dans tous les coins en faisant tourner des pseudo programmes aux allures de jeu video, avec leurs animations ridicules, destinées à nous faire comprendre qu’il s’agit de « haute technologie » et nous aider à appréhender tout le sérieux de la situation. Ouf, rien de tout ça ici! Que tu travail sérieux sur des systèmes Unix!

De quelle société parle-t-on? Pour Wikipedia et pour moi, aucun doute qu’il s’agisse de Microsoft.

Antitrust est le titre d’un film sorti en 2001 qui illustre librement les abus commis par la société Microsoft.

Quel nom de société est d’ailleurs le plus associé aux lois Antitrust? Tout le monde a entendu parler des procès antitrust contre Microsoft… (non? c’est un tort).

Espionnage, assassinat, trahison,… Le sujet pourra paraître quelque peu dramatisé à certains. Peu importe, le message est final est clair et réaliste. Certaines sociétés (Microsoft en l’occurrence, Apple en est une autre…), aux méthodes crapuleuses, font beaucoup d’argent avec les idées des autres.

La fin de l’histoire m’a fait pensé à ce qu’il s’est passé récemment à propos du sous traitant chinois Kye qui assemble (entre autres) les souris de chez Microsoft que vous achetez. En effet, le film se termine sur le vol réussi des images prouvant les méthodes ignobles de la société et leur diffusion sur le réseau. La réaction de Gary Winston, patron de la boite, sera ensuite de nier son implication, en prétendant qu’il ne savait rien et que c’était des employés qui complotaient derrière son dos. Que s’est-il passé en Chine? Des photos de l’usine ont été prises en secret, puis publiées sur Internet, suite à quoi Microsoft a réagi en disant qu’il allait faire une enquête sur les conditions de travail chez ce sous traitant => « on ne savait pas ».

Adolescents exténués à la pause de 10 min.

Written by Florimond

avril 20, 2010 at 5:08

Quelques raccourcis pour modifier son adresse MAC sous Linux et Windows

with 8 comments

On me l’a bien fait remarqué, ça fait longtemps que je n’ai plus rien publié. Et pour cause, j’ai de moins en moins de temps pour moi. Certains articles, comme celui-ci, sont pourtant bien avancés, mais pas le temps de finir. C’est dommage que je n’aie pas pu terminer celui-ci, mais on m’a demandé l’information qu’il contient ce matin alors tant pis! Vous remarquerez que la solution Windows est un rien plus développée que la Linux. C’est uniquement par manque de temps. J’entends d’ici les railleries de certains de mes condisciples de l’INPRES, et je leur réponds d’avance que c’est un bonne chose que de bien connaître son ennemi! 😉

On entend parfois qu’on « ne peut pas changer son adresse MAC », ce qui ne signifie pas grand chose. Certes on ne peut pas modifier la véritable adresse MAC d’une carte, mais on peut choisir d’ajouter dans l’entête des paquets une autre que celle de la carte . Il s’avère que, pour des raisons compliquées, je dois changer d’adresse MAC plusieurs fois par jours. Rapidement je me suis donc fait quelques raccourcis qui ne demandent l’installation d’aucun logiciel particulier, et qui intéresseront peut-être quelque un. Il s’agit seulement de quelques solutions, parmi d’autres auxquelles je n’ai pas pensé ou que je n’ai pas eu le temps de développer…

– Sous Linux

Remplacez eth0 par votre interface, et les 6 nombres hexadécimaux par votre mac. Le caractère de séparation entre les groupes sont facultatifs. La commande demande les droits d’administrateur, par conséquent il peut être nécessaire d’ajouter sudo devant la commande (fonction de la distribution bien entendu).

ifconfig eth0 hw ether 00:12:23:45:56:67

Ensuite il est nécessaire d’informer mon serveur DHCP de ce changement. Il est configuré pour associer une IP précise à chaque MAC; il me donnera donc celle qui correspond à ma nouvelle MAC.

#sudo...
dhclient eth0

Le logiciel client DHCP varie d’une distribution à l’autre, dhclient sous Ubuntu et systèmes apparentés, « dhcpcd » sous Archlinux, « udhcpc » sous SliTaz (très bonne mini distribution par le choix de ses paquets), « pump » sous Damn Small Linux, « udhcpd »…

En ce qui concerne le changement de MAC, à la place d’ifconfig on pourrait également utiliser:

ip link set eth0 address 00:12:23:45:56:67

Sous certaines versions, de certaines distributions, il peut être nécessaire de préalablement désactiver l’interface dont on modifie la MAC.

Par exemple, sous Archlinux et certaines version de Linux Mint:

ifconfig eth0 down
ifconfig eth0 hw ether 00:12:23:45:56:67
dhcpcd eth0 # Arch
#Mint (distro basé sur Ubuntu) ->  dhclient eth0

Et pour désactiver l’interface sans ifconfig:

/etc/init.d/network stop

Ça c’est pour l’occasionnel. Pour une utilisation régulière, on peut par exemple mettre ces commandes dans des petits scripts, un par MAC, qu’on pose sur le bureau. Maintenant on peut faire un peu mieux. Une solution est par exemple de créer des alias de commandes à placer dans le fichier ~/.bashrc

alias mac-originale=sudo ifconfig eth0 hw ether 00:12:23:45:56:67 && sudo dhclient eth0
alias mac-adam=sudo ifconfig eth0 hw ether 00:16:2d:45:ff:b2 && sudo dhclient eth0
alias mac-donald=sudo ifconfig eth0 hw ether 00:11:3a:b4:12:91 && sudo dhclient eth0

Ainsi, il me suffit de taper mac-adam dans un terminal pour…

Sous Archlinux et Mint jusqu’à la version 5, la ligne pour utiliser la MAC de Adam se présente comme ceci (dhclient à la place de dhcpcd pour Mint):

alias mac-adam=ifconfig eth0 down && ifconfig eth0 hw ether 00:16:2d:45:ff:b2 && dhcpcd eth0 #...le client dhcp réactive l'interface

Notez que, pour ces commandes chainées, il ne faut pas oublier d’ajouter sudo devant chaque commande chez Ubuntu & co. Vous n’aurez malgré tout à taper le mot de passe qu’une seule fois, à moins que vous ayez modifié le timing dans sudoers.

– Sous Windows

Sous Windows, si l’on veut utiliser la ligne de commande, c’est un peu plus compliqué parce qu’on doit passer par la base de registre. Pour trouver votre MAC actuelle, vous savez sans doute qu’il suffit de taper:

ipconfig -all

(si ça ne fonctionne pas, vous avez peut-être tapé ifconfig par habitude 😉 )

Toutes ces méthodes changent la MAC de manière permanente, c’est à dire malgré les redémarrages, contrairement aux solutions présentées plus haut pour Linux.

On peut changer l’adresse MAC en mode graphique, et même si c’est pénible il est intéressant de le faire une fois pour bien comprendre ce qu’il se passe, ainsi que pour trouver facilement l’endroit dans la base de registre où cette MAC est ajoutée. En mode graphique, quand on clique sur les propriétés de la connexion, et qu’on choisi « Configurer » (parlant de la carte), puis l’onglet « Avancé », on a devant nous une liste déroulante de propriétés. Cliquons sur « Adresse réseau », on voit que l’adresse est en mode « Absente ». Ceci signifie non pas qu’il n’y a pas de MAC, mais bien sûr qu’on en a pas spécifié d’autre à la place de celle de la carte. Pour l’instant il n’y a pas d’adresse MAC non plus qui soit renseignée dans la base de registre. On aurait pu imaginer qu’il y ait celle de la carte, mais non, cette valeur est bien « absente ». On peut sélectionner l’autre mode grâce au bouton radio correspondant, et indiquer la MAC dans la zone texte. Lorsqu’on clique sur « Appliquer », une valeur est ajoutée dans la base de registre, à l’endroit correspondant à la carte modifiée. Pour trouver cette valeur dans la base de registre il suffit d’effectuer une petite recherche (rappel: menu de windows (démarrer) > exécuter > regedit) de la clef « NetworkAddress ». Vous voyez la valeur de la MAC? faites un clique de droite sur la clef (dossier) contenant cette valeur, et choisissez « Copier le nom de clef ».

Maintenant que nous avons le chemin de la clef, nous pouvons commencer notre batch. Comme sous linux, il faut un terminal avec les droits d’administrateur. Pour ajouter la MAC de Adam à la base de registre on peut utiliser la commande reg add (remplacer la MAC et le chemin dans la base de registre par les vôtres):

reg add HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Class\{4D36E972-E325-11CE-BFC1-08002BE10318}\0007 /v NetworkAddress /t REG_SZ /d 00:16:2d:45:ff:b2 /f

Remarquez que, contrairement à la version linux du procédé, remettre la MAC originale ne consistera pas à changer la valeur, mais à la supprimer de la base de registre…

reg delete HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Class\{4D36E972-E325-11CE-BFC1-08002BE10318}\0007 /v NetworkAddress /f

Enfin, il faut désactiver et réactiver l’interface réseau pour que la nouvelle MAC soit prise en compte et que le DHCP soit contacté. Le soucis est que les accents ne passent pas dans le terminal quand un batch est exécuté. Si votre interface s’appelle « Connexion au réseau local », la solution la plus simple est de renommer l’interface en choisissant un nom sans accent. En l’occurrence j’ai opté pour un nom beaucoup plus court: « LAN », tout simplement…

netsh interface set interface="Connexion au réseau local" newname="LAN"

Pour désactiver et activer l’interface, j’utilise encore une fois netsh…

netsh interface set interface name="LAN" disabled
netsh interface set interface name="LAN" enabled

Le batch complet qui permet de changer d’adresse MAC et d’obtenir à nouveau le réseau est aussi simple que ces trois lignes:

reg add HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Class\{4D36E972-E325-11CE-BFC1-08002BE10318}\0007 /v NetworkAddress /t REG_SZ /d 001CC41C5CFF /f
netsh interface set interface name="LAN" disabled
netsh interface set interface name="LAN" enabled

Remarque: HKEY_LOCAL_MACHINE peut être raccourci en HKLM.

On peut l’appeler « mac Adam.bat », le déposer sur le bureau, opérer un clique de droite et choisir « Exécuter en mode administrateur » à chaque fois que nous en aurons besoin. On fera de même pour les autres MAC…

J’ai cherché, et n’ai pas trouvé de solution convaincante pour définir des alias comme sous linux. Une autre solution est de mettre ces quelques scripts dans le répertoire Windows ou n’importe lequel de ceux qui sont renseignés dans la variable d’environnement PATH (taper PATH dans le terminal pour en avoir la liste), afin de pouvoir facilement appeler le script dans un terminal. Le mieux, selon moi, afin de ne pas pourrir les dossier du système, est de faire un dossier « MesBatchs » et de le renseigner dans le PATH.

mkdir c:\MesBatchs
PATH %PATH%;C:\MesBatchs"
reg add HKCU\Environment /v path /t REG_SZ /f /d "%PATH%"

Remarque: avant XP le chemin était différent jusqu’aux variables d’environement -> HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Session Manager\Environment

Mais pour finir j’ai préféré faire un script plus général. Mon script utilise un fichier texte « nom-mac.txt » dans lequel j’ai donné les correspondances nom-mac évidemment! Exemple:

Fichier de configuration de "mac.bat".
Nom associé à la MAC;La MAC elle-même

adam;00:16:2d:45:ff:b2
donald;00:11:3a:b4:12:91

Ce fichier est exploité par le script suivant

@ echo off

reg delete HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Class\{4D36E972-E325-11CE-BFC1-08002BE10318}\0007 /v NetworkAddress /f > nul

if "%1" == "origine" goto reinit

for /f "skip=3 tokens=* delims=;" %%a in (c:\MesBatchs\nom-mac.txt) do call :test_nom %1 %%a %%b

:reinit
echo.
echo Desactivation de l'interface reseau...
netsh interface set interface name="LAN" disabled
echo Reactivation de l'interface reseau...
netsh interface set interface name="LAN" enabled
goto fin

:test_nom
if "%1" NEQ "%2" goto fin
echo.
echo La MAC de "%2" va etre donnee a ce PC.
echo.
echo Modification de la base de registre...
reg add HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Control\Class\{4D36E972-E325-11CE-BFC1-08002BE10318}\0007 /v NetworkAddress /t REG_SZ /d %3 /f

:fin

Ainsi je n’ai plus qu’à taper en ligne de commande

mac adam

mac origine

mac donald

etc. pour passer d’une MAC à l’autre.

Il ne s’agit que de quelques possibilités à adapter à votre situation. Si le besoin se fait sentir d’explications quelconques, que vous voulez ajouter quelque précision, ou encore rectifier… les commentaires sont la pour ça, n’hésitez pas!

Quelques références pêle-mêle:

Attaques ethernet sur les vlan -> http://www.authsecu.com/attaque-ethernet-vlan/attaque-ethernet-vlan.php

REG Command in Windows XP -> http://www.petri.co.il/reg_command_in_windows_xp.htm

Forum: Win98 registry key with variables? -> http://www.msfn.org/board/lofiversion/index.php/t34207.html

Wikipedia: Variable d’environnement -> http://fr.wikipedia.org/wiki/Variable_d%27environnement

Techniques avancées concernant le registre Windows -> http://www.hotline-pc.org/basederegistre.htm

Le Registre -> http://www.jurixt.com/bdr/bdr_1-1.htm

Written by Florimond

février 26, 2010 at 11:13

[Full Circle Magazine] Sortie du numéro 33 en français

leave a comment »

Enfin la traduction du numéro 33! Ça vous a paru long? À nous aussi…

J’avoue ne m’être consacré cette fois, appelé à nouveau par une montagne de boulot indépendante de ce projet, qu’à quelques vétilles organisationnelles. Pour être précis je me suis contenté de mettre en place la page de traduction sur le wiki et d’annoncer la mise en route de cette nouvelle traduction. De ce fait, je ne suis pas trop mal placé pour témoigner de la nouvelle méthode que nous avons adopté depuis le numéro 32. En fait, nous n’attendons plus que le numéro anglais soit officiellement sorti pour débuter les traductions. Nous allons sur le site du magazine directement chercher les articles « en cours de validation ». C’est périlleux, car, même si j’ai pris grand soin de laisser tranquilles les articles manifestement inachevés, contenant des notes laissant supposer qu’ils allaient être modifiés,… rien ne permet d’être sûr qu’un article se trouve là en version finale. Aussi, même si nous débutons la traduction plus tôt, c’est un travail plus délicat, demandant un minimum  comparaison de version dont bruno s’acquitte avec le logiciel Meld. Mais ce n’est pas tout…

Malgré l’afflux d’un certain nombre de nouveaux bénévoles, le nombre d’actifs ne semble pas avoir augmenté, et parmi ceux-ci, beaucoup sont « peu » actifs. Je suis, encore une fois, bien placé pour le savoir. De plus, Scurz, notre admin actuel, a annoncé au début du mois son retrait du projet. Celui-ci a donc plus que jamais besoin de bénévoles!

Enfin, ce n’est pas le genre de chose qui transparait sur le blog officiel, mais quelques petites guégerres intestines entre admin et ex-admin ont quelque peu plombé l’ambiance sur notre forum ces derniers jours.

Malgré toutes ces mauvaises nouvelles, place au numéro 33!

Dans ce numéro, vous trouverez :

  • la 7ème partie de l’article concernant la programmation en Python
  • le compte-rendu de l’expérience personnelle de l’éditeur du FCM lorsqu’il a créé un centre multimédia avec Ubuntu, Revo et Boxee,
  • la troisième partie de l’article consacré au Serveur parfait,
  • une critique d’Exaile,
  • le Top 5 sur les Outils de synchronisation
  • Femmes d’Ubuntu consacré à un entretien avec Jane Silber, le nouveau PDG de Canonical au 1er mars 2010 !
  • et, bien entendu, des histoires vécues, des dessins, la page courrier, la page jeu, l’interview MOTU (d’un français, Dider Roche), et j’en passe.

Télécharger le numéro 33 depuis ce site

Le billet sur le blog officiel

Dans ce numéro, vous trouverez :

  • la 7ème partie de l’article concernant la programmation en Python
  • le compte-rendu de l’expérience personnelle de l’éditeur du FCM lorsqu’il a créé un centre multimédia avec Ubuntu, Revo et Boxee,
  • la troisième partie de l’article consacré au Serveur parfait,
  • une critique d’Exaile,
  • le Top 5 sur les Outils de synchronisation
  • Femmes d’Ubuntu consacré à un entretien avec Jane Silber, le nouveau PDG de Canonical au 1er mars 2010 !
  • et, bien entendu, des histoires vécues, des dessins, la page courrier, la page jeu, l’interview MOTU (d’un français, Dider Roche), et j’en passe.

Written by Florimond

février 26, 2010 at 10:05

Publié dans Informatique

Tagged with , , , ,

[Full Circle Magazine] Sortie du numéro 32 en français (Chromium, mieux que Google Chrome!)

with 2 comments

Nous avons encore bien bossé, et la traduction française du Full Circle Magazine – l’e-magazine libre et indépendant dédié à la famille des système GNU/Linux Ubuntu – viens de sortir. Comme vous le savez, il contient chaque mois quantité de tutoriels, ainsi que des témoignages de lecteurs.

Ça faisait bien deux numéros que je n’avais plus participé à sa traduction. Cette fois je m’y suis remis (session d’examens aidant…) même si je me suis contenté de traduire un seul petit article. Par contre j’ai fait beaucoup plus de relectures de d’habitude, et les relectures sont autant nécessaires! Bref, l’article que j’ai traduit est le tutoriel « Installer Chromium ».

Un gros problème de Chrome est que ce navigateur fait de vous un numéro sur les serveurs de Google, qui retiennent le plus possible d’information sur vous. Ces informations sont entre autres utilisées afin de toujours vous servir de la pub correspondant à votre profil. Au fond, c’est un peu comme le foin dont on remplit directement les mangeoires dans les étables. Aussi, je ne vous recommande pas d’adhérer à Big Brother. Mais il faut savoir que le navigateur Google Chrome est basé sur le projet open-source Chromium. L’open-source permettant évidemment de contrôler le fonctionnement d’un programme, le simple fait que Chromium soit open-source peut rassurer.  En fait il

Chromium 4.0.299.0 sous Kubuntu 9.10

semble que, à deux ou trois détails près, Chromium = Chrome. Et si vous voulez vraiment utiliser Chrome tout en limitant l’intrusion dans votre vie privée il faut aller voir du côté de SRWare Iron. Mais bon, l’article traitait de Chromium… Parmi les avantages à utiliser Chromium, les mises à jour quotidiennes qui vous permettent de disposer en permanence d’un Chromium beaucoup plus à jour que Chrome. À l’heure où j’écris ces lignes, alors que vous pouvez télécharger la version 4.0.249.43 de Google Chrome, je viens d’installer la version 4.0.299.0 de Chromium! Je vous donne l’essentiel: à partir de « Karmic Koala », la version 9.10 d’Ubuntu (actuellement la dernière), il est possible d’ajouter un dépôt de logiciels en une seule commande…

sudo add-apt-repository

Pour ajouter l’archive de paquets de Chromium mise à jour quotidiennement, mettre à jour la liste de paquets, et installer Chromium, il  suffit de copier-coller la ligne suivante dans un terminal

sudo add-apt-repository ppa:chromium-daily/ppa && sudo apt-get update && sudo apt-get install chromium-browser

Pour en savoir plus, rendez-vous à la page 13 de ce numéro de Full Circle.

À part ça, au menu de ce numéro vous avez:

– Mon histoire – comment Ubuntu est utilisé par une classe d’autistes. Et comment une lectrice est devenue « femme d’Ubuntu ».

– Femmes d’Ubuntu – Emma Jane Hogbin

– Mon opinion – « À propos du rythme de sortie des nouvelles versions ». Ainsi que « Linux occupera-t-il un jour la place qui lui revient? »

– Programmer en Python, partie 6

– Installer des paquets hors connexion

– Le serveur parfait, partie 2

– Critique – Music Player Daemon

– Top 5 des Media Center

– Jeux Ubuntu

– Mon Bureau

L’annonce sur le site officiel de l’équipe

Télécharger le numéro 32 depuis le site officiel

Télécharger le 32 depuis ce site (6 Mo)

Written by Florimond

janvier 23, 2010 at 12:37

Mes excuses à la communauté de Kubuntu – L’utilisateur bête et méchant

leave a comment »

Hier soir, ou plutôt aujourd’hui matin tôt, je répondais à un commentaire sur mon article à propos de l’achat de mon portable Dell en tenant à peu près ce langage…

(…) et j’ai maintenant un amorçage duel* avec Kubuntu (que je ne te conseille pas, c’est très bling bling mais au final je suis déçu par son manque de stabilité…)

Depuis bientôt un an et demi que j’ai vu la lumière et suis revenu du côté obscur, ma manière de parler ne s’est pas encore totalement adaptée au monde libre. Au lieu de cette assertion très négative tenant de l’état d’esprit du pur consommateur bête et méchant, je voulais bien évidemment dire ceci:

« Je trouve KDE pas mal en lui-même, malheureusement mon expérience est qu’il est assez mal intégré au moins dans la dernière version de Kubuntu (9.10), et je pense personnellement passer à autre chose. Bien sûr, si tu aimes Ubuntu et KDE, leurs concepts, leur philosophie, alors ne te prive pas d’installer Kubuntu et fais ce que tu peux pour l’améliorer! Ceci pour ton profit et celui de la communauté. »

Car, il faut le rappeler, dans le monde libre, ce qui importe fondamentalement n’est pas l’efficacité brute, mais la philosophie, et l’éthique, en plus de la beauté et l’innovation qui se cache derrière chaque logiciel. Et c’est bien toutes ces valeurs qui décident si un programme sera ou non utilisé, et non son efficacité brute dans un contexte particulier. Et ceux qui défendent ces valeurs, qui pensent qu’elles en valent la peine, se doivent eux aussi de participer d’une manière ou d’une autre à l’élaboration des logiciels de la communauté.

(*) Vous noterez cependant que je n’ai pas tous les torts puisque, fidèle à mes convictions concernant le français vs anglais, je n’ai pas utilisé l’expression « dual boot », mais « amorçage duel ». Ce qui, il faut l’avouer, est tout de même plus élégant! Je n’ai non plus aucun soucis à utiliser l’expression « amorçage multiple », puisque j’ai souvent plus de deux systèmes installés sur la même machine.

Written by Florimond

décembre 11, 2009 at 5:53