Un type au prénom pas commun

Si tu crois que ton piano comporte 102 touches, reste un peu.

Posts Tagged ‘racisme

Les droits de l’homme ne rejettent pas toute discrimination

with 5 comments

« Chute finale: brève histoire de la fin de l’Occident », le blog d’un « réaliste raciste »

Mon Tableau de bord WordPress, dans la section Top Blog (il semble en effet qu’il reçoive en moyenne 2500 visites pas jour…), m’a présenté ce soir un blog dont le titre m’a interpellé: « Chute finale: brève histoire de la fin de l’Occident« . Cela fait une heure que je traîne sur ce blog tout a fait particulier. Son ton anti politiquement correct est cinglant, et ses idées tranchent sévèrement avec l’opinion actuellement majoritaire. Lui, il est un « réaliste raciste », contre « les bien-pensants » . Avant de le ranger dans la catégorie des extrémistes de droite et de passer à autre chose, il convient certainement de parcourir ce blog dérangeant… peut-être au final mettrez-vous son auteur à gauche?

Ce concept de « réalisme raciste » n’est certainement pas un découverte en soi, mais ça me fait penser une fois de plus à ce problème pour mettre les gens dans des catégories. Toi est de droite, toi t’es de gauche, t’es macho, t’es féministe. L’étude de la psychologie sociale montre bien que, contrairement à l’opinion populaire, « stéréotype » ne doit pas connoter nécessairement « inexactitude ». Il y a des stéréotypes vrais, comme d’autres sont faux. Là où je veux en venir, c’est qu’on peut dire qu’un homme est en moyenne moins performant qu’une femme à une tâche quelconque, sans être féministe pour autant, et réciproquement. De la même manière, on peut dire que « les asiatiques » ont en moyenne un QI plus élevé que les occidentaux. C’est une discrimination, mais pas du racisme au sens péjoratif. « Discrimination », encore un mot à mauvaise réputation, pourtant il faut rappeler que « discriminer » signifie simplement « établir une différence entre des choses ou des personnes ». Par exemple, tout test psychologique a pour objectif d’atteindre le plus grand pouvoir discriminant, c’est à dire d’établir clairement les différences entre les individus. Si un « racisme » peut naître de la mise au jour de ces différences, il ne faut pas lui attribuer sa cause. Le fait qu’il y ait des meurtres au couteau n’est pas dû au fait qu’on fabrique des couteaux, mais plutôt que certains individus les utilisent mal. Je me sers quotidiennement de couteaux pour couper ma viande. Là où je veux finalement aboutir, dans cette petite réflexion continue sans relecture…, c’est qu’on peut être raciste, et de gauche. On peut admettre l’existence de différences entre les noirs et les asiatiques, sans pour autant décider de mettre un ou l’autre groupe dans des camps de concentrations. Le problème c’est qu’on ne semble actuellement pas admettre cette possibilité. Il est toujours important de rappeler cet article des droits de l’homme que l’on coupe souvent trop tôt. En effet, souvent on s’arrête ici:

Tous les hommes naissent libres et égaux

Il est important de souligner que ça ne s’arrête pas là…

Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit

La déclaration des droits de l’homme ne remet donc pas en cause la discrimination! Par discrimination il faut entendre le constat que les hommes ne sont pas tous pareils. En revanche, ce n’est pas pour cette raison qu’ils ne doivent pas avoir les mêmes droits. Ce n’est pas encore tout à fait là que je voulais aboutir dans cette réflexion improvisée. J’ai rarement refusé de m’exprimer sur un sujet. Même par internet je suis rarement anonyme. Il y a certes peu d’endroits où je me suis inscrit avec mon nom et prénom, mais je garde toujours mon prénom rare (Florimond) et je traîne sur des forums où souvent on me connaît. Il m’est souvent arrivé d’être confronté à des opinions contradictoires sur ma personne. Suite au même discours j’ai pu être tantôt traité de macho, tantôt de féministe. Selon l’interlocuteur et son interprétation de mon discours, je passe soudain d’un extrémiste de droite à un extrémiste de gauche! Il est d’ailleurs remarquable qu’on ne soit que rarement placé dans une tendance intermédiaire… notre cerveau aime à discriminer au mieux en plaçant les choses sur une échelle sans zéro, ce qui nous permet d’adopter une attitude claire en réaction. Ce que je veux dire, c’est que je connais bien le sujet pour avoir souvent été victime de catégorisations abusives.

Prenons, en guise de métaphore, une société où on accepte pas l’existence de la maladie mentale. Il y a dans cette société deux groupes de gens, les gens de gauches et ceux de droites. Comme dans notre société c’est, apparemment, très net. Les gens de gauches, l’opinion dominante, disent qu’on est tous égaux, que la maladie mentale n’existe pas, qu’il faut simplement aider les gens un peu différents. Les gens de droite admettent, en revanche, si bien la maladie mentale qu’il se font fort de d’établir clairement son existence ou non chez les individus (et ainsi de les discriminer). Non contents de les discriminer, ils ont en plus pour projet de les castrer et de isoler dans des camps. Dans cette société, il n’est pas de place pour un psychiatre qui admette l’existence de la maladie mentale, en étant pourtant « de gauche » en adoptant une attitude de soutien envers les personnes concernées, tout en prenant un minimum de  précautions pour sa santé.

Il suffit de remplacer la maladie mentale par les différences raciales et nous sommes chez nous. C’est à peu près ainsi que je définirais, à la seule lecture de ces deux mot, ce qu’est un « réaliste raciste ». Quelqu’un qui admettrait simplement l’existence différences entre les hommes, sans adopter pour autant une attitude de rejet systématique, bête, et méchante. Dans ma société imaginaire, il ne le ferait pas nécessairement, mais pourrait jouer le rôle du psychiatre. Je ne dis donc pas qu’un « réaliste raciste » sera de gauche, je prétend juste l’existence de cette possibilité – tout en essayant de démontrer l’absurdité d’un catégorisation si primaire (de gauche, de droite). Mais on n’écoutera pas le psychiatre, car c’est juste « un extrémiste de droite ». On écoute pas quelqu’un qui dit que les noirs ont un QI inférieur en moyenne à celui des blancs, car c’est juste un raciste. On sera d’ailleurs plus enclin à écouter quelqu’un (et ce fut la même personne dans l’histoire vraie) qui dira que les asiatiques ont en moyenne un QI plus élevé que celui des blancs, tant ont est entraînés actuellement à la discrimination négative envers les gens de notre couleur.

Je ne sais plus pourquoi je parlais de tout ça, mais je crois qu’il faut insister sur le fait que ce n’est pas véritablement une réflexion sur le racisme en soi, mais sur un mode de fonctionnement général. Et je crois que je voudrais inciter, absolument pas à adhérer aux opinions de l’auteur du blog sus-cité, mais à au moins prêter attention à ce qu’il dit, malgré le fait que ses propos soient différents de l’opinion majoritaire (mais non pas pour autant provocateurs – quoi que la divergence d’opinion naisse toujours d’une part de provocation(?) ou pas…).

Fin de ma petite réflexion que je vous livre d’une traite sans relecture aucune.

Le blog -> http://chutefinale.wordpress.com/

« Chute finale: brève histoire de la fin de l’Occident » le blog d’un « réaliste raciste »Mon Tableau de bord WordPress, dans la section Top Blog (il semble en effet qu’il reçoive en moyenne 2500 visites pas jour…), m’a présenté ce soir un blog dont letitre m’a interpellé: « Chute finale: brève histoire de la fin de l’Occident ». Cela fait une heure que je traîne sur ce blog tout a fait particulier. Son ton anti

politiquement correct est cinglant, et tranche sévèrement avec l’opinion actuellement majoritaire. Lui, il est un « réaliste raciste », contre « les bien-pensants » .

Avant de le ranger dans la catégorie des extrémistes de droite et de passer à autre chose, il convient certainement de parcourir ce blog dérangeant… peut-être au

final mettrez-vous son auteur à gauche?

Ce concept de « réalisme raciste » n’est certainement pas un découverte en soi, mais ça me fait penser une fois de plus à ce problème pour mettre les gens dans des

catégories. Toi est de droite, toi t’es de gauche, t’es macho, t’es féministe. L’étude de la psychologie sociale montre bien que, contrairement à l’opinion populaire,

« stéréotype » ne doit pas connoter nécessairement « inexactitude ». Il y a des stéréotypes vrais, comme d’autres sont faux. Là où je veux en venir, c’est qu’on peut dire

qu’un homme est en moyenne moins performant qu’une femme à une tâche quelconque, sans être féministe pour autant, et réciproquement (pour autant que l’on s’appuie sur

une série d’études valides). De la même manière, on peut dire que « les asiatiques » ont en moyenne un QI plus élevé que les occidentaux. C’est une discrimination, mais

pas du racisme au sens péjoratif. « Discrimination », encore un mot à mauvaise réputation, pourtant il faut rappeler que « discriminer » signifie simplement « établir une

différence entre des choses ou des personnes ». Par exemple, tout test psychologique a pour objectif d’atteindre le plus grand pouvoir discriminant, c’est à dire

d’établir clairement les différences entre les individus. Si un « racisme » peut naître de la mise au jour de ces différences, il ne faut pas lui attribuer sa cause. Le

fait qu’il y ait des meurtres au couteau n’est pas dû au fait qu’on fabrique des couteaux, mais plutôt que certains individus les utilisent mal. Je me sers

quotidiennement de couteaux pour couper ma viande. Là où je veux finalement aboutir, dans cette petite réflexion continue sans relecture…, c’est qu’on peut être

raciste, et de gauche. On peut admettre l’existence de différences entre les noirs et les asiatiques, sans pour autant décider de mettre un ou l’autre groupe dans des

camps de concentrations. Le problème c’est qu’on ne semble actuellement pas admettre cette possibilité. Il est toujours important de rappeler cette article des droits

de l’homme que l’on coupe souvent trop tôt. Souvent on s’arrête là:

Tous les hommes naissent libres et égaux

Il est important de souligner que ça ne s’arrête pas là…

Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit

La déclaration des droits de l’homme ne remet donc pas en cause la discrimination! Par discrimination il faut entendre le fait que les hommes ne sont pas tous pareils.

En revanche, ce n’est pas pour cette raison qu’ils ne doivent pas avoir les mêmes droits. Ce n’est pas encore tout à fait là que je voulais aboutir dans cette

réflexion improvisée. J’ai rarement refusé de m’exprimer sur un sujet. Même par internet je suis rarement anonyme. Il y a certes peu d’endroits où je me suis inscrit

avec mon nom et prénom, mais je garde toujours mon prénom rare (Florimond) et je traîne sur des forums où souvent on me connaît. Il m’est souvent arrivé d’être

confronté à des opinions contradictoires sur ma personne. Suite au même discours j’ai pu être tantôt traité de machos, tantôt de féministe. Selon l’interlocuteur et

son interprétation de mon discours, je passe soudain d’un extrémiste de droite à un extrémiste de gauche! Il est d’ailleurs remarquable qu’on ne soit que rarement

placé dans une tendance intermédiaire… notre cerveau aime à discriminer au mieux en plaçant les choses sur une échelle sans zéro, ce qui nous permet d’adopter une

attitude claire en réaction. Ce que je veux dire, c’est que je connais bien le sujet pour avoir souvent été victime de catégorisations abusives.

Prenons, en guise de métaphore, une société où on accepte pas l’existence de la maladie mentale. Il y a dans cette société deux groupes de gens, les gens de gauches et

ceux de droites. Comme dans notre société c’est, apparemment, très net. Les gens de gauches, l’opinion dominante, disent qu’on est tous égaux, que la maladie mentale

n’existe pas, qu’il faut simplement aider les gens un peu différents. Les gens de droite admettent, en revanche, si bien la maladie mentale, qu’il se font fort de

d’établir clairement son existence chez les individus (et ainsi de les discriminer). Non contents de les discriminer, ils ont en plus pour projet de les castrer et de

isoler dans des camps. Dans cette société, il n’est pas de place pour un psychiatre d’admettre l’existence de la maladie mentale, et d’être pourtant « de gauche » en

adoptant une attitude de soutien envers les personnes concernées, tout en prenant un minimum de  précautions pour sa santé.

Il suffit de remplacer la maladie mentale par les différences raciales et nous sommes chez nous. C’est à peu près ainsi que je définirais, à la seule lecture de ces

deux mot, ce qu’est un « réaliste raciste ». Dans ma société imaginaire, il ne le ferait pas nécessairement, mais pourrait jouer le rôle du psychiatre. Je ne dis donc

pas qu’un « réaliste raciste » sera de gauche, je prétend juste l’existence de cette possibilité. Mais on n’écoutera pas le psychiatre, car c’est juste « un extrémiste de

droite ». On écoute pas quelqu’un qui dit que les noirs ont un QI inférieur en moyenne à celui des blancs, car c’est juste un raciste. On sera d’ailleurs plus enclin à

écouter quelqu’un (et ce fut d’ailleurs la même personne dans l’histoire vraie) qui dira que les asiatiques ont en moyenne un QI plus élevé que celui des blancs, tant ont est entraînés actuellement à la discrimination négative envers les gens de notre couleur.

Je ne sais plus pourquoi je parlais de tout ça, mais je crois que je voudrais inciter, absolument pas à adhérer aux opinions de l’auteur du blog sus-cité, mais à au

moins prêter attention à ce qu’il dit, malgré le fait que ses propos soient différents de l’opinion majoritaire (mais non pas pour autant provocateurs – quoi que la

divergence d’opinion naisse toujours d’une part de provocation(?) ou pas…).

Fin de ma petite réflexion que je vous livre d’une traite sans relecture aucune.

Written by Florimond

décembre 30, 2009 at 11:24

Avatar 5/10

leave a comment »

La semaine dernière, deux jours après sa sortie officielle, j’ai été voir avec une amie ce film « tant attendu » qu’était « Avatar ».  Et bien, je suis sûr que beaucoup ne seront pas de mon avis, mais je n’ai pas trouvé que  c’était un bon film. Certes, graphiquement, c’est tout à fait esthétique; les effets spéciaux, la 3D,… du reste c’est selon moi relativement mauvais.  Son moindre défaut est sans doute d’être scientifiquement moyen, même s’il y a sûrement quelques bonnes idées. Bref le héros principal est un  gentil marine, qui – je vous passe les détails, les synopsis sont dispo partout – va être amené à rentrer en contact avec des humanoïdes vivant sur une autre planète que les humains colonisent pour en extraire les ressources naturelles.  Il y a bien des moments où ce film m’a fait pensé à « Danse avec les loups ». D’ailleurs,  dans ce dernier, le héros est un militaire attachant lui aussi…  mais il est attachant parce que le personnage est travaillé et profond. Ici notre marine est tout de suite attachant parce que… il est en chaise roulante et qu’il a perdu son frère. C’est bas.  Mais je m’égare. Notre militaire, donc,  au début du film, fait une sortie en terrain hostile au cours de laquelle il est attaqué, doit fuir, et se perd  dans la forêt, complètement isolé des autres. Il est repéré par des autochtones, et, alors que l’un d’entre eux, caché dans un arbre, s’apprête à le transpercer d’une longue flèche bien placée entre les omoplates, survient un signe! Un signe! Il ne faut donc plus le tuer. À la place on le ramène au village pour le présenter à papa-maman chefs de village. Cherchez pas à comprendre pourquoi lui, il y a eu un signe, c’est indiscutable! Et peu à peu on comprend qu’il est l’ÉLU, le nouveau Neo*, qui guidera et libèrera ce gentil peuple en harmonie avec la nature de l’oppression des méchants terriens qui veulent voler les ressources naturelles et tout bétonner! Au niveau social, l’intégration progressive de ce Neo dans la tribu prend une part majeure du film, et  ce sont ces moments qui, les premiers, m’ont fait pensé à « Danse avec les loups ». Seulement voilà: « Danse avec les loups » on connait, c’est un excellent film, mais là ce qu’on nous sert c’est un « Danse avec les loups » au rabais!

En plus d’un discours écolo basique, c’est  donc un discours sur le racisme, les minorités opprimées,… Comme je l’ai suggéré en parlant de « Danse avec les loups » , il y a entre autres des références à l’extermination des indiens d’Amérique. D’autre part, une scène amusante est celle dans laquelle les hélicoptères surpuissants arrivent aux frontières de la forêt sauvage, et se retrouvent face à la tribu qui compte bien défendre son territoire… à coups de flèches! La vision de ces frêles projectiles se brisant lamentablement sur la dure carlingue des hélico impassibles peut faire penser à une sorte d’Intifada.  Après « District 9 », c’est le second film de « science-fiction » que je voie en 2 mois, et qui nous balance une sorte métaphore raciste que l’on peut ramener à notre histoire actuelle, dont je ne supporte pas les relents moralisateurs (même si j’ai beaucoup mieux apprécié Disrtict 9, bien moins niais!). D’une manière générale j’ai d’ailleurs horreur qu’un film me fasse la morale, j’ai passé l’age! Dehors, donc, tous les films d’écolos à deux ronds (à deux ronds les films, autant que les écolos qui les ont fait) qu’on nous fabrique actuellement…  Avatar cumule ces deux torts, de la moralisation raciste et écolo.

Voici donc ma conclusion: joli à regarder sur grand écran, du reste c’est un film simplet. 5/10 tout de même, pour l’effort esthétique.

(*) je fais des jeux de mots à deux balles et j’assume.

EDIT: je viens de lire une critique très drôle, et tout aussi méchante sur le blog suivant:

-> http://unefillealyon.blogspot.com/2009/12/pourquoi-avatar-nest-pas-un-si-bon-film.html

…elle vaut le détour!

Written by Florimond

décembre 23, 2009 at 4:03