Un type au prénom pas commun

Si tu crois que ton piano comporte 102 touches, reste un peu.

Les droits de l’homme ne rejettent pas toute discrimination

with 5 comments

« Chute finale: brève histoire de la fin de l’Occident », le blog d’un « réaliste raciste »

Mon Tableau de bord WordPress, dans la section Top Blog (il semble en effet qu’il reçoive en moyenne 2500 visites pas jour…), m’a présenté ce soir un blog dont le titre m’a interpellé: « Chute finale: brève histoire de la fin de l’Occident« . Cela fait une heure que je traîne sur ce blog tout a fait particulier. Son ton anti politiquement correct est cinglant, et ses idées tranchent sévèrement avec l’opinion actuellement majoritaire. Lui, il est un « réaliste raciste », contre « les bien-pensants » . Avant de le ranger dans la catégorie des extrémistes de droite et de passer à autre chose, il convient certainement de parcourir ce blog dérangeant… peut-être au final mettrez-vous son auteur à gauche?

Ce concept de « réalisme raciste » n’est certainement pas un découverte en soi, mais ça me fait penser une fois de plus à ce problème pour mettre les gens dans des catégories. Toi est de droite, toi t’es de gauche, t’es macho, t’es féministe. L’étude de la psychologie sociale montre bien que, contrairement à l’opinion populaire, « stéréotype » ne doit pas connoter nécessairement « inexactitude ». Il y a des stéréotypes vrais, comme d’autres sont faux. Là où je veux en venir, c’est qu’on peut dire qu’un homme est en moyenne moins performant qu’une femme à une tâche quelconque, sans être féministe pour autant, et réciproquement. De la même manière, on peut dire que « les asiatiques » ont en moyenne un QI plus élevé que les occidentaux. C’est une discrimination, mais pas du racisme au sens péjoratif. « Discrimination », encore un mot à mauvaise réputation, pourtant il faut rappeler que « discriminer » signifie simplement « établir une différence entre des choses ou des personnes ». Par exemple, tout test psychologique a pour objectif d’atteindre le plus grand pouvoir discriminant, c’est à dire d’établir clairement les différences entre les individus. Si un « racisme » peut naître de la mise au jour de ces différences, il ne faut pas lui attribuer sa cause. Le fait qu’il y ait des meurtres au couteau n’est pas dû au fait qu’on fabrique des couteaux, mais plutôt que certains individus les utilisent mal. Je me sers quotidiennement de couteaux pour couper ma viande. Là où je veux finalement aboutir, dans cette petite réflexion continue sans relecture…, c’est qu’on peut être raciste, et de gauche. On peut admettre l’existence de différences entre les noirs et les asiatiques, sans pour autant décider de mettre un ou l’autre groupe dans des camps de concentrations. Le problème c’est qu’on ne semble actuellement pas admettre cette possibilité. Il est toujours important de rappeler cet article des droits de l’homme que l’on coupe souvent trop tôt. En effet, souvent on s’arrête ici:

Tous les hommes naissent libres et égaux

Il est important de souligner que ça ne s’arrête pas là…

Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit

La déclaration des droits de l’homme ne remet donc pas en cause la discrimination! Par discrimination il faut entendre le constat que les hommes ne sont pas tous pareils. En revanche, ce n’est pas pour cette raison qu’ils ne doivent pas avoir les mêmes droits. Ce n’est pas encore tout à fait là que je voulais aboutir dans cette réflexion improvisée. J’ai rarement refusé de m’exprimer sur un sujet. Même par internet je suis rarement anonyme. Il y a certes peu d’endroits où je me suis inscrit avec mon nom et prénom, mais je garde toujours mon prénom rare (Florimond) et je traîne sur des forums où souvent on me connaît. Il m’est souvent arrivé d’être confronté à des opinions contradictoires sur ma personne. Suite au même discours j’ai pu être tantôt traité de macho, tantôt de féministe. Selon l’interlocuteur et son interprétation de mon discours, je passe soudain d’un extrémiste de droite à un extrémiste de gauche! Il est d’ailleurs remarquable qu’on ne soit que rarement placé dans une tendance intermédiaire… notre cerveau aime à discriminer au mieux en plaçant les choses sur une échelle sans zéro, ce qui nous permet d’adopter une attitude claire en réaction. Ce que je veux dire, c’est que je connais bien le sujet pour avoir souvent été victime de catégorisations abusives.

Prenons, en guise de métaphore, une société où on accepte pas l’existence de la maladie mentale. Il y a dans cette société deux groupes de gens, les gens de gauches et ceux de droites. Comme dans notre société c’est, apparemment, très net. Les gens de gauches, l’opinion dominante, disent qu’on est tous égaux, que la maladie mentale n’existe pas, qu’il faut simplement aider les gens un peu différents. Les gens de droite admettent, en revanche, si bien la maladie mentale qu’il se font fort de d’établir clairement son existence ou non chez les individus (et ainsi de les discriminer). Non contents de les discriminer, ils ont en plus pour projet de les castrer et de isoler dans des camps. Dans cette société, il n’est pas de place pour un psychiatre qui admette l’existence de la maladie mentale, en étant pourtant « de gauche » en adoptant une attitude de soutien envers les personnes concernées, tout en prenant un minimum de  précautions pour sa santé.

Il suffit de remplacer la maladie mentale par les différences raciales et nous sommes chez nous. C’est à peu près ainsi que je définirais, à la seule lecture de ces deux mot, ce qu’est un « réaliste raciste ». Quelqu’un qui admettrait simplement l’existence différences entre les hommes, sans adopter pour autant une attitude de rejet systématique, bête, et méchante. Dans ma société imaginaire, il ne le ferait pas nécessairement, mais pourrait jouer le rôle du psychiatre. Je ne dis donc pas qu’un « réaliste raciste » sera de gauche, je prétend juste l’existence de cette possibilité – tout en essayant de démontrer l’absurdité d’un catégorisation si primaire (de gauche, de droite). Mais on n’écoutera pas le psychiatre, car c’est juste « un extrémiste de droite ». On écoute pas quelqu’un qui dit que les noirs ont un QI inférieur en moyenne à celui des blancs, car c’est juste un raciste. On sera d’ailleurs plus enclin à écouter quelqu’un (et ce fut la même personne dans l’histoire vraie) qui dira que les asiatiques ont en moyenne un QI plus élevé que celui des blancs, tant ont est entraînés actuellement à la discrimination négative envers les gens de notre couleur.

Je ne sais plus pourquoi je parlais de tout ça, mais je crois qu’il faut insister sur le fait que ce n’est pas véritablement une réflexion sur le racisme en soi, mais sur un mode de fonctionnement général. Et je crois que je voudrais inciter, absolument pas à adhérer aux opinions de l’auteur du blog sus-cité, mais à au moins prêter attention à ce qu’il dit, malgré le fait que ses propos soient différents de l’opinion majoritaire (mais non pas pour autant provocateurs – quoi que la divergence d’opinion naisse toujours d’une part de provocation(?) ou pas…).

Fin de ma petite réflexion que je vous livre d’une traite sans relecture aucune.

Le blog -> http://chutefinale.wordpress.com/

« Chute finale: brève histoire de la fin de l’Occident » le blog d’un « réaliste raciste »Mon Tableau de bord WordPress, dans la section Top Blog (il semble en effet qu’il reçoive en moyenne 2500 visites pas jour…), m’a présenté ce soir un blog dont letitre m’a interpellé: « Chute finale: brève histoire de la fin de l’Occident ». Cela fait une heure que je traîne sur ce blog tout a fait particulier. Son ton anti

politiquement correct est cinglant, et tranche sévèrement avec l’opinion actuellement majoritaire. Lui, il est un « réaliste raciste », contre « les bien-pensants » .

Avant de le ranger dans la catégorie des extrémistes de droite et de passer à autre chose, il convient certainement de parcourir ce blog dérangeant… peut-être au

final mettrez-vous son auteur à gauche?

Ce concept de « réalisme raciste » n’est certainement pas un découverte en soi, mais ça me fait penser une fois de plus à ce problème pour mettre les gens dans des

catégories. Toi est de droite, toi t’es de gauche, t’es macho, t’es féministe. L’étude de la psychologie sociale montre bien que, contrairement à l’opinion populaire,

« stéréotype » ne doit pas connoter nécessairement « inexactitude ». Il y a des stéréotypes vrais, comme d’autres sont faux. Là où je veux en venir, c’est qu’on peut dire

qu’un homme est en moyenne moins performant qu’une femme à une tâche quelconque, sans être féministe pour autant, et réciproquement (pour autant que l’on s’appuie sur

une série d’études valides). De la même manière, on peut dire que « les asiatiques » ont en moyenne un QI plus élevé que les occidentaux. C’est une discrimination, mais

pas du racisme au sens péjoratif. « Discrimination », encore un mot à mauvaise réputation, pourtant il faut rappeler que « discriminer » signifie simplement « établir une

différence entre des choses ou des personnes ». Par exemple, tout test psychologique a pour objectif d’atteindre le plus grand pouvoir discriminant, c’est à dire

d’établir clairement les différences entre les individus. Si un « racisme » peut naître de la mise au jour de ces différences, il ne faut pas lui attribuer sa cause. Le

fait qu’il y ait des meurtres au couteau n’est pas dû au fait qu’on fabrique des couteaux, mais plutôt que certains individus les utilisent mal. Je me sers

quotidiennement de couteaux pour couper ma viande. Là où je veux finalement aboutir, dans cette petite réflexion continue sans relecture…, c’est qu’on peut être

raciste, et de gauche. On peut admettre l’existence de différences entre les noirs et les asiatiques, sans pour autant décider de mettre un ou l’autre groupe dans des

camps de concentrations. Le problème c’est qu’on ne semble actuellement pas admettre cette possibilité. Il est toujours important de rappeler cette article des droits

de l’homme que l’on coupe souvent trop tôt. Souvent on s’arrête là:

Tous les hommes naissent libres et égaux

Il est important de souligner que ça ne s’arrête pas là…

Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit

La déclaration des droits de l’homme ne remet donc pas en cause la discrimination! Par discrimination il faut entendre le fait que les hommes ne sont pas tous pareils.

En revanche, ce n’est pas pour cette raison qu’ils ne doivent pas avoir les mêmes droits. Ce n’est pas encore tout à fait là que je voulais aboutir dans cette

réflexion improvisée. J’ai rarement refusé de m’exprimer sur un sujet. Même par internet je suis rarement anonyme. Il y a certes peu d’endroits où je me suis inscrit

avec mon nom et prénom, mais je garde toujours mon prénom rare (Florimond) et je traîne sur des forums où souvent on me connaît. Il m’est souvent arrivé d’être

confronté à des opinions contradictoires sur ma personne. Suite au même discours j’ai pu être tantôt traité de machos, tantôt de féministe. Selon l’interlocuteur et

son interprétation de mon discours, je passe soudain d’un extrémiste de droite à un extrémiste de gauche! Il est d’ailleurs remarquable qu’on ne soit que rarement

placé dans une tendance intermédiaire… notre cerveau aime à discriminer au mieux en plaçant les choses sur une échelle sans zéro, ce qui nous permet d’adopter une

attitude claire en réaction. Ce que je veux dire, c’est que je connais bien le sujet pour avoir souvent été victime de catégorisations abusives.

Prenons, en guise de métaphore, une société où on accepte pas l’existence de la maladie mentale. Il y a dans cette société deux groupes de gens, les gens de gauches et

ceux de droites. Comme dans notre société c’est, apparemment, très net. Les gens de gauches, l’opinion dominante, disent qu’on est tous égaux, que la maladie mentale

n’existe pas, qu’il faut simplement aider les gens un peu différents. Les gens de droite admettent, en revanche, si bien la maladie mentale, qu’il se font fort de

d’établir clairement son existence chez les individus (et ainsi de les discriminer). Non contents de les discriminer, ils ont en plus pour projet de les castrer et de

isoler dans des camps. Dans cette société, il n’est pas de place pour un psychiatre d’admettre l’existence de la maladie mentale, et d’être pourtant « de gauche » en

adoptant une attitude de soutien envers les personnes concernées, tout en prenant un minimum de  précautions pour sa santé.

Il suffit de remplacer la maladie mentale par les différences raciales et nous sommes chez nous. C’est à peu près ainsi que je définirais, à la seule lecture de ces

deux mot, ce qu’est un « réaliste raciste ». Dans ma société imaginaire, il ne le ferait pas nécessairement, mais pourrait jouer le rôle du psychiatre. Je ne dis donc

pas qu’un « réaliste raciste » sera de gauche, je prétend juste l’existence de cette possibilité. Mais on n’écoutera pas le psychiatre, car c’est juste « un extrémiste de

droite ». On écoute pas quelqu’un qui dit que les noirs ont un QI inférieur en moyenne à celui des blancs, car c’est juste un raciste. On sera d’ailleurs plus enclin à

écouter quelqu’un (et ce fut d’ailleurs la même personne dans l’histoire vraie) qui dira que les asiatiques ont en moyenne un QI plus élevé que celui des blancs, tant ont est entraînés actuellement à la discrimination négative envers les gens de notre couleur.

Je ne sais plus pourquoi je parlais de tout ça, mais je crois que je voudrais inciter, absolument pas à adhérer aux opinions de l’auteur du blog sus-cité, mais à au

moins prêter attention à ce qu’il dit, malgré le fait que ses propos soient différents de l’opinion majoritaire (mais non pas pour autant provocateurs – quoi que la

divergence d’opinion naisse toujours d’une part de provocation(?) ou pas…).

Fin de ma petite réflexion que je vous livre d’une traite sans relecture aucune.

Written by Florimond

décembre 30, 2009 à 11:24

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Personnellement, je suis assez d’accord avec toi :

    Dans notre société, l’extrémisme et la discrimination sont, du moins au grand jour, rejetés et strictement prohibés (Respecter et imposer les droits de l’homme (Nous sommes une société civilisée, ne l’oublions pas) ou surtout chercher à donner l’image d’une société parfaitement tolérante et ouverte ? (Nous sommes sensés être une société civilisée, ne l’oublions pas…)).
    Le gros problème avec cette « nécessité », c’est que nous rentrons très facilement et presque naturellement dans une vision très manichéiste concernant les opinions raciales : Nous en venons facilement à ne voir les choses, en ce qui concerne les sujets brûlants de ce type, que selon des extrêmes (tout gentil ou tout méchant) tellement l' »interdit » est grand. Si quelqu’un ose dire que, en effet, nous ne sommes pas tous pareils et qu’il y a des races parmi les êtres humains, nous sommes choqués et le gars est un raciste, un extrémiste.

    Je me souviens lors d’un cours de bioéthique à l’université, le professeur (ex doyen de faculté) nous a dit que le sujet du racisme était quelque chose de tellement brûlant que, maintenant, on n’ose plus dire que les êtres humains sont différents. Lui-même, qui avait voyagé dans le monde entier, rencontré des peuples de tous les continents, il l’affirmait haut et fort (au risque de nous choquer) : Il y a différentes races parmi les humains.
    Pas des races avec des juifs et des noirs (comme le prétendait l’autre malade mental de Adolphe), mais des races au sens ethnique.

    De là à prétendre qu’il y a des différences entre elles du point de vue de la supériorité ou de l’intelligence, je trouve ça stupide et grotesque.

    Nous ne sommes que des animaux, après tout. Il n’y a aucune raison que nous échappions aux classifications que nous créons.

    Méline

    décembre 31, 2009 at 3:07

    • Quand tu dis « du point de vue de l’intelligence » tu fais sûrement référence au fait de dire que telle ethnie a un QI supérieur ou le contraire (non parce qu’on peut ne pas être d’accord sur le fait que les mesures actuelles de QI mesurent véritablement l’intelligence…) Or je ne vois pas ce qu’il y a de particulièrement grotesque dans l’étude des différences de QI en fonction des ethnies. C’est un sujet comme un autre. En deuxième année de psychologie dans notre chère Université de Liège, on a un cours de psychologie différentielle sur l’intelligence… C’est là qu’on m’a montré pour la première fois cette courbe de Bell sur laquelle il était clair que le QI des immigrés noirs américain était inférieur à celui des blancs, et ce dernier étant encore inférieur à celui des immigrés d’origine asiatique. Ces chiffres peuvent être critiqués, et on ne s’en est pas privé depuis leur parution. Le problème, comme je le disais dans mon article, est surtout de savoir ce qu’on fait quand on sait ce genre de chose, c’est le problème du couteau! On peut fabriquer des couteaux et en faire bon usage… Il m’est difficile de montrer cette courbe car je n’ai plus les diapositives de ce cours. Et sur internet j’ai eu du mal a trouver un site sérieux sur le sujet. Entre ceux qui montrent des moyennes de QI sans les écart-types qui y correspondent (fondamental pour pouvoir comparer ce qui est comparable en calculant des scores Z) -> http://knol.google.com/k/un-essai-sur-le-retour-des-th%C3%A9ories-de-la-race-sup%C3%A9rieure#
      et ceux qui prétendent qu’une différence de QI de 5 points (seulement 1/3 de l’écart-type du QI des occidentaux!) est responsable de la domination d’une race sur l’autre -> http://www.polemia.com/article.php?id=2202 Bref je ré étudierai le sujet quand je retrouverai mon cours…

      Florimond

      décembre 31, 2009 at 1:54

      • Honnêtement, quand je parlais de « prétendre qu’il y a des différences entre elles du point de vue de l’intelligence », je faisais surtout allusion à des gens ni connaissant rien qui prétendent, sans la moindre preuve ou le moindre raisonnement, que les gens noirs de peau sont moins intelligents que les blancs, par exemple…
        C’est vrai que mon terme est peut-être un peu abusif ou mal placé, mais je voulais surtout parler du fait que des personnes n’ayant aucune preuve se permettent de porter des « accusations » vis-à-vis de personnes de couleur de peau différente ou d’une autre religion, décidant de la sélection des plus forts sur les plus faibles (au sens général du terme, bien sûr ^^’), osant utiliser par exemple le principe de la sélection naturelle comme prétexte à des homicides organisés.

        Méline

        janvier 3, 2010 at 2:51

  2. Si je ne me trompe, le mot « race » est cité plusieurs fois dans la déclaration universelle des droits de l’homme …

    Alors, évidemment qu’il existe plusieurs races d’êtres humains.

    Je ne comprendrai jamais en quoi il est choquant de dire que nous appartenons à la race blanche, et d’autres à la race noire. C’est un fait.

    Pierre

    décembre 31, 2009 at 9:39

  3. Votre rigueur intellectuelle vous honore, pour le reste mes opinions sont -il est vrai- minoritaires pour le moment, mais le développement exponentiel du séquençage génomique les confirme de jour en jour.

    Et comme vous l’avez dit, je ne suis pas animé par de mauvaises intentions. Juste un cartésien un peu désespéré sur le tournant que prend l’Occident…

    chutefinale

    janvier 11, 2010 at 1:48


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :